Le Petit Prince s’anime au cinéma

Présenté en avant-première au Festival du Film de Cannes en hors-compétition, le film d’animation de Mark Osborne Le Petit Prince sortira le 29 juillet prochain. Le projet a incubé pendant neuf années. Pour patienter encore quelques semaines voici deux extraits inédits.

Le film a toutes les chances de faire aimer Le Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry, à ceux qui n’aurait pas encore fait sa rencontre. Plusieurs voix françaises sont attendues dans cette adaptation, c’est André Dussolier qui offre la sienne à l’aviateur. Florence Foresti sera la voix de la Maman et Vincent Cassel, celle du Renard. Marion Cotillard, Guillaume Gallienne, Laurent Lafitte et Vincent Lindon mettront également en voix d’autres personnages.

L’originalité de cette adaptation s’appuiera sur une double-énonciation, portée par deux techniques d’animation différentes.

Dans le premier extrait, on découvre la jeune héroïne du film et l’amitié qu’elle tisse avec son voisin, un vieil aviateur. Le deuxième, plus proche de l’œuvre originale, dévoile la première rencontre de l’aviateur avec le Petit Prince et le fameux « Dessine-moi un mouton »

Source : Le Petit Prince

À propos de la chanson pour enfants

Dans un entretien donné à Télérama enfants, Vincent Delerm, l’auteur-compositeur-interprète français, parle de ces artistes qui écrivent et chantent pour les enfants :

Je cherche régulièrement des disques pour mes enfants. Je suis très agacé par le discours récurrent sur Le Soldat rose : « Enfin un truc pour les mômes, écoutable par les parents …» Il y en a d’autres ! Et depuis longtemps ! Vincent Malone, Pascal Parisot, Hélène Bohy font des choses formidables.

Petites Majuscules prépare une playlist de chansons drôles et inventives, pour explorer l’œuvre de ces artistes méconnus de la chanson pour enfants.

Une fête nationale du livre de jeunesse

Fleur Pellerin, ministre de la Culture a présenté la première édition de « Lire en short », la grande fête du livre pour la jeunesse. 

Cette fête inédite a pour objectif de promouvoir le livre et la lecture auprès des jeunes.
Lors de cette présentation, la Ministre, Vincent Monadé, président du CNL, Sylvie Vassallo, directrice du Salon du livre et de la presse jeunesse ont rappelé que l’important est de lire, et, tout sera fait lors de cette grande manifestation pour que la lecture viennent aux petits lecteurs.

La Ministre a notamment déclaré : «Lire en short, c’est une invitation enjouée adressée à tous les enfants. Nous avons pour ambition de leur apporter le plaisir de la lecture, loin des adultes, dans une cachette, une cabane, à la lampe de poche. Nous voulons que ce soit la fête de tous les livres pour tous les enfants, ceux qui partent en vacances comme ceux qui ne partent pas.»

« Lire en short » s’appuie sur des projets itinérants, fédère les initiatives existantes et met en valeur tous les acteurs de la vie littéraire, de l’auteur au libraire en passant par l’éditeur et le bibliothécaire.

600 évènements sont référencés à ce jour (4 scènes nationales et 45 évènements labellisés), à la mer, à la campagne, dans les villes, enfants en vacances ou enfants ne pouvant pas partir, personne de sera oublié.

Chacun peut trouver l’animation de son choix à côté de chez lui ou de son lieu de vacances en fonction de son âge.

Livres imprimés ou numériques, la lecture se fêtera partout et sur tous les supports. Il y aura même un concours d’écriture collaborative : «Short Fiction» avec Orange et le site lecteurs.com #shortfiction.

Pour découvrir tous les évènements, une carte interactive a été créée, cliquez ici pour découvrir le programme.

Source : Centre National du Livre

Des coloriages qui bougent

Les Éditions Animées et Wakatoon ont réalisé un travail malin et amusant où papier et numérique sont subtilement mélangés.

Le Cahier de Dessin Animé permet à l’enfant de développer sa créativité et d’aborder le numérique comme révélateur de son œuvre.

Le principe est simple, l’enfant choisit un dessin en noir et blanc, il prend ses feutres et ses crayons et s’applique à faire un joli coloriage.
Cette activité terminée, la magie s’opère.

Après avoir téléchargé l’application Wakatoon sur iPad, Android (tablettes et smartphones), il suffit de cadrer le coloriage dans la fenêtre qui s’affiche et de prendre une photo en appuyant sur le bouton rouge.


Le dessin colorié par l’enfant s’anime, mouvements, son, musique c’est la fête du dessin ! Les 16 dessins ainsi transformés racontent des histoires qui se suivent et s’imbriquent les unes avec les autres. C’est alors un film pédagogique de 8 minutes dans lequel l’enfant découvre que les couleurs et motifs des animaux ont leur raison d’être : se montrer pour séduire ; se camoufler pour se protéger ; être visible pour impressionner…

Les enfants et les tablettes

La souris grise fait paraître une étude réalisée entre février et août 2014 à propos des usages des enfants sur les tablettes numériques.

800 réponses ont été ainsi recensées et ce qui ressort de ce panel majoritairement composé de femmes de 35 à 44 ans et vivant en France est des plus intéressant.

Ce sont les tablettes sous Android qui sont le plus souvent citées et appartiennent, dans leur grande majorité aux enfants. L’étude montre que 41,1 % des 8-12 ans possèdent leurs propres tablettes. Plus étonnants, les enfants de moins de 3 ans sont 8,8 % à en posséder une également, la souris grise mentionne quand même que ce n’est pas forcément les tablettes les plus chères qui arrivent dans leurs mains…

La tablette n’est pas un objet qu’ils utilisent seul, si entre 3 et 6 ans, ils sont 74,4 % à se servir à la fois d’une tablette avec leurs parents, mais également en solo, un peu plus tard, entre 8 et 12 ans, les parents restent très présents à 61,6 %.

87 % des parents interrogés déclarent que le « Jeu » est la première activité pratiquée sur tablette, suivie par les applications d’éveil et d’éducation à 69,2 % et avec plus de 26 points en mois, à 42,3 % enfin arrive la vidéo. La lecture arrive quand même à la 6e position avec 15,9 %.

Par âge, on note que les jeux d’éveil recueillent 77,5 % des moins de 3 ans et qu’à partir de l’école primaire, la tablette est utilisée pour les devoir à 58,8 %.

Pour raconter des histoires aux enfants le soir, le papier a encore de beaux jours devant lui puisque plus de 86 % des parents déclarent ne pas se servir d’une tablette numérique pour le faire.

Pour terminer, certains parents interrogés aimeraient voir plus souvent des applications ludo-éducatives telles que la découverte de la géographie et celles de vulgarisation scientifique, mais également des jeux collaboratifs à deux tablettes ou plus… À bons entendeurs.

Retrouvez toute l’étude de la Souris Grise en cliquant ici.

Webzine // Petit observatoire de la culture de jeunesse

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.